Les lignes qui suivent ont été empruntées au livre de M. Etienne Abeille "HISTOIRE DE GIVORS" de 1912. 

 

BARRAGE DE COUZON

     Malheureusement, les eaux du Gier qui alimentaient le canal étaient insuffisantes. Pendant les temps de sécheresse, le service subissait des interruptions très préjudiciables, tant par le retard qu'elles apportaient, que par l'incertitude où l'on était sur leur durée. Pour rendre la navigation régulière en toutes saisons, l'établissement d'un réservoir d'eau s'imposait. 

Mais la Compagnie qui avait déjà engagé des capitaux considérables, et qui n'avait la jouissance du canal que pendant 99 ans, hésitait à faire les frais d'un travail aussi coûteux. Elle s'adressa au Gouvernement, par une soumission du 12 décembre 1787, dans laquelle elle demanda la propriété incommutable du canal, s'engageant, en échange, à construire un réservoir d'eau, dans la vallée de Couzon, près Rive-de-Gier.

Par lettres patentes de décembre 1788, enregistrées au Parlement le 5 septembre 1789, le roi accorda, à la Compagnie du Canal, ce qu'elle demandait, et l'on commença immédiatement les travaux du réservoir

.

 L'établissement d'un réservoir d'eau à Couzon, proposé par M. Cailhava, accepté par la Compagnie du Canal, approuvé ensuite par le Gouvernement, fut la ruine du grand projet de François Zacharie. Les promoteurs du réservoir de Couzon étaient animés des meilleures intentions, mais ils ne virent que les avantages du moment, ils ne comprirent pas, ou n'osèrent comprendre, qu'un réservoir près Rive-de-Gier, au lieu de Saint-Etienne, où Zacharie l'avait prévu, limitait définitivement au tronçon déjà fait, le canal de Givors ; ils ne virent pas que le seul moyen d'assurer pour toujours la vitalité de l'entreprise était de continuer courageusement les travaux et de joindre, coûte que coûte, le Rhône à la Loire. L'enthousiaste Zacharie n'était plus là pour aller de l'avant; le grand projet du canal des Deux-Mers était définitivement avorté.

Page Précédente

Haut de page

Page suivante

 

Copyright © 2001 [Yves Chapuis]. Tous droits réservés.   Révision :05 avril 2012 . yves.c@free.fr